Aller au contenu principal
Air Liquide
Air Liquide dans le monde
Choisir

Recherche & Développement

Ouvert

Marchés Globaux & Technologies

Ouvert

Fondamentaux du Groupe

Ouvert

Recherche & Développement

Ouvert

Électronique

Ouvert

Ingénierie & Construction

Ouvert

Grands projets

Ouvert

La fiscalité des titres, ce n’est pas si compliqué !

Chaque année, vous devez déclarer à l’administration fiscale vos revenus, incluant ceux issus de vos capitaux mobiliers ainsi que vos plus ou moins-values si vous avez cédé vos valeurs mobilières. Faisons le point ensemble sur les modalités d’imposition applicables.

Que sont les revenus de capitaux mobiliers ?

On appelle revenus de capitaux mobiliers, l’ensemble des revenus issus de placements financiers. En tant qu’actionnaire d’Air Liquide, cela correspond au versement de votre dividende, aux éventuelles plus-values de cession réalisées lors de la vente de vos actions et au versement des rompus lors d’attributions d’actions gratuites.

Comment trouver les montants des revenus mobiliers 2019 liés à vos actions Air Liquide à déclarer en 2020 ? 

Votre Imprimé Fiscal Unique (IFU) rassemble les informations nécessaires pour compléter votre déclaration de revenus. Il vous suffit de reporter les montants indiqués dans les cases concernées de votre déclaration pour ce qui concerne les dividendes et les rompus. Les rompus éventuellement perçus suite à l’Attribution d’actions gratuites d’octobre 2019, sont à déclarer comme une plus-value de cession sans application d’abattement (en case 3VG).

À savoir : actionnaires au nominatif pur, retrouvez votre document de compte dans votre Espace personnel en ligne

À noter : il vous appartient cependant de calculer le montant total de vos plus ou moins-values nettes à partir du montant brut des cessions. Pour plus d’informations sur ce point, consultez notre fiche pratique.

Quel mode d’imposition choisir ? 

Depuis l’entrée en vigueur de la loi de finances 2018, chaque année, vous pouvez choisir entre le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 % (aussi appelé « flat tax ») ou l’imposition des revenus au barème progressif qui correspond au dispositif historique.  

Pour faciliter votre choix, nous vous recommandons d’utiliser le simulateur de l’administration fiscale et de choisir votre mode d’imposition en toute connaissance de cause.

À noter : l’option choisie s’applique à l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers du foyer. 

Je choisis le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou « flat tax », comment faire ?

Le formulaire de déclaration de revenus tout comme le simulateur de l’administration fiscale appliquent ce choix par défaut. Vous n’avez donc pas à le modifier si vous souhaitez opter pour le PFU. 

Vous devez par ailleurs :

  • vérifier le montant de votre dividende pré rempli par l’administration fiscale en case 2CG et l’éventuel acompte d’impôt prélevé au moment du paiement du dividende en case 2CK.
  • en cas de plus-values de cession, renseigner le montant de vos plus-values sans prendre en compte d’abattement en case 3VG.

À noter : les rompus éventuellement perçus suite à une attribution d’actions gratuites sont à déclarer comme une plus-value de cession sans application d’abattement (en case 3VG).

Je choisis le barème progressif, comment faire ?

Vous devez cocher la case 2OP sur votre déclaration de revenus.

Vous devez par ailleurs : 

  • vérifier le montant de votre dividende pré-rempli par l'administration fiscale en case 2BH et l'éventuel acompte d'impôt prélevé au moment du paiement du dividende en case 2CK.
  • en cas de plus-values de cession, renseigner le montant de vos plus-values sans prendre en compte d’abattement en case 3VG et renseigner les éventuels abattements pour durée de détention en case 3SG (Abattement pour durée de détention de droit commun) du formulaire 2042C.

À noter : les rompus éventuellement perçus suite à une attribution d’actions gratuites sont là encore à déclarer comme une plus-value de cession sans application d’abattement (en case 3VG).

 

En savoir plus : 
Consultez la fiche pratique - Fiscalité

Pour aller plus loin, prenons un exemple !

Les éléments de fiscalité s’appliquent aux résidents fiscaux français.

Paul, célibataire, sans enfant, a perçu en 2019 :

  • 35 000 € de salaires
  • 500 € de dividendes

Il a par ailleurs réalisé 1 500 € de plus-values de cession (sans abattement pour durée de détention).

Soit un revenu total de 37 000 €, dont 35 000 € de revenus non exceptionnels et 2 000 € de revenus exceptionnels. Son taux marginal d’imposition est donc de 30 %.

Si Paul choisit : le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) l’imposition au barème progressif
Paul va payer : 30 % de ses revenus de capitaux mobiliers
(12,80 % d'impôts sur le revenu et 17,20 % de prélèvements sociaux).
30 % de ses revenus exceptionnels (du fait de son taux marginal d'imposition), en prenant en compte l’abattement de 40% sur les dividendes1, et 17,20 % de prélèvements sociaux.
Soit, dans ce cas précis : 30 % x (1 500 € + 500 €) = 600 €
  Dividende Plus-value de cession
Prélèvement sociaux 17,2 % x 500 € = 86 € 17,2 % x 1500 € = 258 €
Impôts sur le revenu 30 % x (60 %1 x 500 €) = 90 € 30 % x 1500 € = 450 €
Total 176€ 708 €
   

Un total de 600 € inclus dans son imposition sur le revenu.

Un total de 884 € inclus dans son imposition sur le revenu.

 

Paul aurait intérêt à choisir le Prélèvement Forfaitaire Unique.

Le dividende brut est imposé sur 60 % de son montant, du fait de l’application d’un abattement de 40 %.

[Mise à jour au 27 avril 2020]

Article publié le 06 avril 2020