Aller au contenu principal
Air Liquide
Air Liquide dans le monde
Choisir

Recherche et Développement

View

Électronique

View

Ingénierie & Construction

View

Grands projets

View
Coup d’accélérateur dans l’énergie hydrogène

Coup d’accélérateur dans l’énergie hydrogène

Pionnier sur le marché de l’hydrogène et convaincu que cette molécule a une place fondamentale à jouer face au défi climatique, Air Liquide contribue à son développement comme vecteur d’énergie.

Ce thème a été un des sujets mis en exergue au travers de vos questions lors de l’Assemblée Générale du 7 mai dernier et des Rencontres en région qui ont suivi. Tour d’horizon.

Vos questions à Pierre-Étienne Franc sur l’énergie hydrogène 

Transition énergétique, mobilité, stockage, production… Vous avez été nombreux à vous intéresser aux applications de l’énergie hydrogène et au rôle qu’elle peut jouer dans la transition énergétique notamment pendant l’Assemblée Générale 2019. Pour vous aider à tout comprendre, nous avons recensé vos questions et avons interrogé Pierre-Étienne Franc, Vice Président Hydrogène Énergie chez Air Liquide. Explications en détails.

Pierre-Étienne Franc, Vice Président Hydrogène Énergie chez Air Liquide
Pierre-Étienne Franc, Vice Président Hydrogène Énergie chez Air Liquide

Comment l’hydrogène est-il produit ?

Il existe plusieurs façons de produire de l’hydrogène. La plus classique, car principalement utilisée pour des usages industriels, qui représente aujourd’hui + de 90 % de la production mondiale, c’est le reformage du gaz naturel. Cette méthode émet du CO2, même s’il est important de noter que des solutions existent pour le capter et l’utiliser pour d’autres applications. À Port-Jérôme en Normandie par exemple, l’installation CryocapTM permet de capter 100 000 tonnes de CO2 chaque année. 

 

Mais la volonté d’Air Liquide est de s’orienter vers une production d’hydrogène bas carbone, notamment pour les usages de l’énergie. Il existe plusieurs solutions pour atteindre cet objectif. Nous investissons par exemple dans la production d’hydrogène par électrolyse de l’eau, qui ne génère aucune émission. Si l’électricité nécessaire à l’électrolyse est issue d’une source d’origine renouvelable, comme le solaire ou l’éolien, la production est totalement décarbonée. C’est le cas dans la ville de Bécancour, au Québec, qui produira 8 tonnes d’hydrogène décarboné par jour grâce aux énergies renouvelables. 

 

D’autres solutions, comme la fabrication d’hydrogène à partir de biométhane, permettent de s’inscrire dans une économie circulaire basée sur la valorisation des déchets ménagers ou agricoles par exemple.

Hydrogène : de la production à l'usage

Quels sont les engagements d’Air Liquide concernant la production d’hydrogène décarboné ?

Air Liquide a lancé il y a plusieurs années l’initiative Blue Hydrogen. Celle-ci stipule que 50 % de l’hydrogène utilisé à des fins énergétiques doit être décarboné à l’horizon 2020. Cela se traduit, au quotidien, par des engagements concrets, avec la construction de sites comme HyBalance au Danemark. Il s’agit d’une usine de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau où l’électricité provient exclusivement de l’énergie éolienne.

 

Nous avons même été plus loin : à travers le Conseil de l’Hydrogène, l’ensemble des acteurs de l’hydrogène au niveau mondial se sont engagés à ce qu’en 2030, 100 % de l’hydrogène utilisé pour la mobilité soit issu de la production bas carbone si l’ensemble des conditions (notamment réglementaires) sont réunies.

L’hydrogène, est-ce dangereux ?

L’hydrogène est un gaz qui permet de produire de l’énergie. Et comme pour tout vecteur d’énergie, le risque zéro n’existe pas. C’est pourquoi il est important d’observer les règles strictes qui permettent d’assurer une sécurité maximale. Les stations hydrogène mises à disposition du grand public sont, par exemple, équipées de technologies de pointe garantissant à tout moment que leur fonctionnement est parfaitement sûr.

 

Pour Air Liquide, qui manie l’hydrogène depuis plus de 50 ans, la question de la sécurité est non négociable : c’est la priorité. Bien sûr, nous mettons en place tous les systèmes de protection permettant de produire, stocker, transporter et utiliser ce gaz dans les meilleures conditions. Mais notre devoir est aussi de transmettre cette culture de la sécurité au plus grand nombre. C’est pourquoi nous mettons en place des partenariats et contribuons à des groupes réglementaires pour apporter notre expertise industrielle et permettre au grand public de bénéficier des nombreux bénéfices de ce vecteur énergétique en toute sécurité.

« L’hydrogène sera le vecteur clé d'une transition énergétique réussie. »

Comment le développement des stations à hydrogène s’organise-t-il ?

Nous constatons que les zones géographiques les plus porteuses sont celles où l’on trouve des constructeurs engagés. C’est le cas du Japon, marché particulièrement dynamique où sont implantés Toyota (qui construit la Mirai) et Honda (fabricant de la Clarity). En Corée du Sud, pays de Hyundai et de la Nexo, le réseau se développe aussi rapidement. Nous constatons également que les régions qui mettent en place des dynamiques d’incitation favorisent aussi le maillage des stations hydrogène. C’est le cas de la Californie, mais aussi de l’Allemagne, de la Suède, de la Norvège et du Danemark, qui ont pris des mesures de limitation ou d’interdiction des véhicules thermiques. Ces mesures favorisent le développement de l’infrastructure et permettent à ces pays de se positionner pour être les leaders de demain de la mobilité propre.

Au-delà de la mobilité, quelles applications peuvent être envisagées pour l’énergie hydrogène ?

Le secteur de la mobilité n’est pas le seul champ d’application de l’énergie hydrogène. C’est un levier crucial à activer pour lancer la transition énergétique. Il permet notamment de stocker l’énergie sur le long terme - à l’inverse des batteries. Ce stockage est un élément clé pour nous diriger vers un futur plus propre, puisqu’il permet d’augmenter la part d’énergies renouvelables, intermittentes par nature, dans le mix énergétique. 

 

Mais ce n’est pas tout ! Electrification de l’industrie, chauffage domestique, besoins en énergie liés à la digitalisation... Les champs d’applications de cette molécule sont extrêmement vastes : c’est pourquoi on parle de solution systémique. 

Quelles sont les perspectives de développement du marché de l’hydrogène ?

Le marché de l'énergie hydrogène est en pleine croissance, et il permet d’allier les bénéfices environnementaux à ceux d’une nouvelle économie. Comme le dit très justement Bertrand Piccard, Initiateur et Président de Solar Impulse, “une innovation dans le domaine du développement durable n’a de sens que si elle rencontre un marché. Nous avons besoin de cette conjonction entre écologie et économie.

 

Avec l’hydrogène, nous sommes dans cet alignement. Un rapport publié par le cabinet McKinsey estime qu’en 2050, ce gaz devrait générer un revenu annuel de 2500 milliards de dollars. Il devrait représenter environ 18 % de la demande énergétique mondiale, permettre d’économiser 6 gigatonnes d’émissions de CO2 et de créer 30 millions d’emplois.

 

Pour Air Liquide, l’hydrogène constitue un enjeu important en termes de développement commercial. Si Air Liquide parvenait à obtenir ne serait-ce que 1 % de ce que ce marché représenterait à l’horizon 2050, nous doublerions notre chiffre d’affaires actuel.

 

Il est par ailleurs important de rappeler que le transport, ce n’est pas seulement la voiture individuelle. Celui-ci compte également des applications aussi diverses que les bus, les véhicules utilitaires et les camions, le secteur naval avec le fret maritime, ou encore le transport aérien : l’avion électrique à hydrogène a fait sensation lors du dernier salon du Bourget. Guillaume Faury, le PDG d’Airbus, a d’ailleurs déclaré que l’hydrogène était au cœur de sa vision de l’avion du futur.
 

L'énergie hydrogène : une solution pour la mobilité propre

Cap sur l’hydrogène

Face aux défis de la transition énergétique, l’hydrogène offre un potentiel pour l’intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique et de décarbonation des usages finaux des énergies fossiles.

Des entreprises pionnières ont déjà pris le « virage hydrogène ». Ce virage énergétique majeur est effectivement amorcé dans tous les domaines de la mobilité et de la production d’énergie où l’hydrogène est une solution simple, propre et efficace. 

  • En Chine

    Le Groupe a créé avec Houpu une coentreprise pour développer l’infrastructure de distribution d’hydrogène pour le pays.

    Cette collaboration conjugue l’expertise technologique globale d’Air Liquide en matière de solutions hydrogène pour la mobilité propre, avec le leadership d’Houpu dans la fabrication et la construction de stations gaz naturel sur le marché chinois.

    Grâce à cette association unique de savoir-faire, Air Liquide et Houpu pourront fournir à leurs clients des solutions hydrogène à la pointe de la technologie et seront en mesure de répondre à la demande croissante du marché chinois, avec des solutions respectueuses de l'environnement.

  • Au Canada

    Le Groupe a démarré la construction d’une unité de production d’hydrogène décarboné sur le site de Bécancour, au Québec.

    L’objectif : approvisionner l’industrie canadienne et américaine ainsi qu’un marché local de mobilité hydrogène en forte croissance. Cette nouvelle unité de production, la plus grande de ce type à l’échelle internationale, réduira significativement l'intensité carbone, par rapport au procédé de production d’hydrogène traditionnel. L’émission de près de 27 000 tonnes de CO2 par an – ce qui équivaut aux émissions annuelles d’environ 10 000 voitures berlines – sera ainsi évitée.

  • En France

    Le Groupe s’est associé à Idex, la Société du Taxi Électrique Parisien (STEP) et Toyota pour créer HysetCo et soutenir le lancement d’une flotte de 600 taxis hydrogène d’ici fin 2020 en région parisienne.

    Cette collaboration constitue une étape majeure dans l’émergence d’une société hydrogène en France et dans le développement de Hype. Lancée en 2015 par la STEP et Air Liquide dans le cadre de la COP21, Hype est la première flotte de taxis hydrogène zéro émission au monde. Actuellement au nombre de 100, la flotte, qui circule à Paris et dans toute la région Île de France, comptera 600 taxis 100% hydrogène d’ici à fin 2020.

    À travers ce projet, les partenaires concrétisent leur engagement en faveur de la mobilité propre et de l’amélioration de la qualité de l’air, et démontrent la pertinence de la mobilité hydrogène sur des applications intensives comme le transport de personnes. L’ambition de la structure est de favoriser la transition du secteur vers le zéro émission, avec pour objectif « zéro émission pour les taxis / VTC pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024 ».

Article publié le 29 juillet 2019

Découvrez plus d'histoires

Découvrez Interactions, le rendez-vous des actionnaires d'Air Liquide

En savoir plus