Aller au contenu principal
Air Liquide
Air Liquide dans le monde
Choisir

Recherche & Développement

Ouvert

Marchés Globaux & Technologies

Ouvert

Fondamentaux du Groupe

Ouvert

Recherche & Développement

Ouvert

Électronique

Ouvert

Ingénierie & Construction

Ouvert

Grands projets

Ouvert

Air Liquide, 118 ans d’histoire

avec les actionnaires individuels

Vous ne le savez peut-être pas, mais Air Liquide n'aurait pu voir le jour et se développer sans la confiance des actionnaires. C’est l’investissement initial de 24 particuliers, puis celui de tous ceux qui les ont rejoints année après année, qui a permis sa croissance. A l’occasion des 107 ans de l’introduction en bourse du Groupe ce 20 février 2020, revenons ensemble sur cette histoire.

Les origines

Nous sommes le 25 mai 1902, après deux années d’intense recherche, Georges Claude, ingénieur le jour à la Compagnie Thomson Houston et chercheur la nuit, met au point un procédé de liquéfaction de l’air afin d’en séparer les composants (oxygène et azote). 

L’enthousiasme de Georges Claude en dit long sur la portée de cette découverte :

“L’ère des grandes applications de l’oxygène est dès maintenant ouverte et cette ère, spécialement pour la métallurgie, les industries chimiques, celles de l’éclairage, ne sera rien de moins qu’une ère de bouleversements profonds.”1

Il s’associe alors à son camarade de promotion et ami, Paul Delorme, afin de subventionner ses recherches dans une petite pièce du dépôt de la Villette mise à disposition par la Compagnie générale des omnibus.

Les deux hommes partent alors à la recherche de financement afin d’industrialiser leur procédé prometteur mais l'accueil des banques est plutôt frileux. À l’époque, les start-up technologiques sont appelées “société en germe de développement” et ne recueillent pas l’enthousiasme des financiers. Ils se tournent alors vers leurs pairs et réunissent, le 8 novembre 1902, 24 souscripteurs, les 24 premiers actionnaires de la société baptisée « L'Air Liquide, société pour l'étude et l'exploitation des procédés Georges Claude ». Paul Delorme en devient le premier Président ; les 24 actionnaires se partagent les 500 premières actions émises. Ce sont principalement des ingénieurs, comme Georges et Paul, dont les connaissances scientifiques leur permettent d’évaluer les chances de réussite du projet.

Les premiers développements à l’international

L’Air Liquide se développe alors très vite, là encore grâce au soutien de ses actionnaires qui souscrivent à plusieurs augmentations de capital dans les premières années pour permettre l’industrialisation du procédé de liquéfaction. La première usine voit le jour en France en 1903 et en 1905 la société enregistre ses premiers bénéfices. En 1907, L’Air Liquide verse même ses premiers dividendes. L’entreprise met alors le cap à l’international et construit ses premières unités en Belgique en 1906, puis au Japon en 1907, en Espagne et en Italie en 1909, au Canada en 1911 et aux Etats-Unis en 1916. Les gaz étant difficilement transportables, cette internationalisation est indispensable au développement de la société.

L'Air Liquide, société pour l'étude et l'exploitation des procédés Georges Claude

Le rôle clé des actionnaires

L’Air Liquide ouvre au cours de son histoire régulièrement son capital pour pouvoir assurer son expansion et le 20 février 1913, L’Air Liquide est introduit à la bourse de Paris. L’intérêt des actionnaires ne se dément pas et l’actionnariat du Groupe s’élargit à de petits porteurs, qui resteront souvent fidèles à la société. En 1936, L’Air Liquide est par exemple la sixième capitalisation boursière française et l’attachement à l’actionnariat est fort.

Un attachement qui s’est perpétué tout au long de l’histoire du Groupe notamment lors des deux augmentations2 de capital réalisées par Air Liquide. D’abord en 1986, dans le cadre de l'acquisition de Big Three3, et également en 2016, quand les actionnaires ont une nouvelle fois été associés au développement du Groupe pour l’acquisition d’Airgas4. Avec un taux de souscription de 191,2 % pour cette dernière opération, les actionnaires, individuels et institutionnels, ont renouvelé leur soutien au Groupe et confirmé leur confiance dans sa capacité à croître et créer de la valeur sur le long terme. 

Air Liquide s’attache également à récompenser dans la durée l’investissement et la fidélité de ses actionnaires. Le Groupe a ainsi réalisé en 2019 sa 30e attribution d’actions gratuites et propose depuis plus de 20 ans une prime de fidélité : +10 % sur les dividendes et les actions gratuites pour les actions détenues au nominatif depuis plus de deux années civiles. 

Vous le voyez, l’actionnariat fait partie de l’ADN d’Air Liquide, et ce depuis son origine. Le Groupe, aujourd'hui présent dans 80 pays et comptant environ 67 000 collaborateurs, s’est transformé. L’Air Liquide est devenu Air Liquide mais son actionnariat individuel est toujours aussi puissant. Nous comptons 420 000 actionnaires individuels et ils détiennent 32 % du capital de la société : c’est la part la plus importante dans le paysage des grandes capitalisations boursières françaises au sein du CAC40. 64 % des actionnaires individuels détiennent d’ailleurs leurs actions depuis plus de 10 ans5. Nous sommes heureux de constater que de plus en plus de personnes rejoignent cette grande histoire de l’actionnariat d’Air Liquide. Cet engouement, et la fidélité des actionnaires, font la fierté du Groupe et sont aussi un gage d’indépendance et de stabilité. 

Découvrez nos images d'archives

Découvrez les grandes étapes de notre histoire

1. Extrait de “La liquéfaction de l’air et ses applications à la fabrication de l’oxygène et de l’azote” - Journal de physique théorique et appliquée - par M. Georges Claude
2. Hors augmentations de capital réservées aux salariés et hors augmentations de capital liées aux attributions d’actions gratuites.
3. Aux États-Unis, activité Grande Industrie le long du golfe du Mexique.
4. Principalement aux États-Unis, activité Industriel Marchand.
5. Étude Havas-Opinion Way - Cassons les idées reçues - Volet Air Liquide , réalisée du 29 octobre au 10 novembre 2018 auprès d’un échantillon représentatif de l’actionnariat individuel d’Air Liquide.

Article publié le 20 février 2020