Aller au contenu principal

e-santé

Des solutions connectées pour traiter efficacement le
syndrome d’apnée obstructive du sommeil

Paul est un homme actif de 45 ans. Il semble en bonne santé. Pourtant il souffre du Syndrome d'Apnée Obstructive du Sommeil (SAOS). Découvrez, sur une année, comment son traitement et un programme de soutien adapté ont amélioré sa santé et sa qualité de vie.

Jour 1

Diagnostic de la maladie

Il y a un an, le médecin de Paul lui a diagnostiqué un Syndrome d’Apnée Obstructive du Sommeil. Le diagnostic est généralement effectué via un examen de polygraphie respiratoire ou de polysomnographie.

« J'étais tout le temps fatigué et angoissé. J'avais souvent des maux de tête. Je me sentais seul : personne ne comprenait ce que je vivais. »€

Paul vivait des nuits agitées.

Les muscles de sa gorge se relâchaient, ce qui obstruait ses voies respiratoires et l'empêchait de respirer. Il lui arrivait même, certaines nuits, de faire plus de 30 épisodes d’apnée par heure.

1 à 6% Le Syndrome d’Apnée Obstructive du Sommeil touche
1 à 6 % de la population adulte mondiale.(1)

Les risques, lorsque la maladie reste non traitée, sont : l’hypertension, l’arythmie cardiaque, l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC), le diabète, l’obésité, la somnolence, un risque 7 fois plus élevé d'accident de la route, et un impact sur la vie familiale et professionnelle.(2)

(1) Organisation mondiale de la Santé. Maladies respiratoires chroniques consulté le 13/02/2015 sur http://www.who.int/gard/publications/chronic_respiratory_diseases.pdf (2) British Lung Foundation, consulté le 13/02/2015 sur http://www.blf.org.uk/Page/Top-tips-for-GPs-and-primary-care

Jour 2

Initiation du traitement

Une fois le diagnostic posé, le médecin a prescrit à Paul un traitement par Pression Positive Continue (PPC).

Au début du traitement, Paul a pu compter sur Marc, un technicien spécialisé et expérimenté d'Air Liquide Healthcare. Marc est venu chez Paul installer l'appareil.

Il lui a expliqué le traitement et les risques encourus si l'apnée n'était pas traitée, pour l’aider à mieux comprendre ce syndrome. Il lui a fourni aussi des conseils sur le fonctionnement et le bon entretien de la machine. Il a enfin souligné l'importance de bien suivre le traitement pour qu’il soit le plus efficace possible.

Le dispositif par PPC

Utilisé la nuit au domicile du patient, il est petit, léger et silencieux. Il permet de maintenir ouvertes les voies respiratoires de Paul, empêchant ainsi tout épisode d'apnée, et envoie un flux d'air régulier au moyen d'un masque.

« Ça m'a fait du bien de parler à quelqu'un qui connaissait ma maladie et son traitement. Cela m'a rassuré de savoir que d'autres patients avaient vu de nettes améliorations à leur état grâce au dispositif proposé. »

Jour 5

Le challenge de l’observance

Un patient sur deux est tenté d'arrêter le traitement durant le premier mois.
Can Respir J Vol 15 No 7 October 2008

Afin de veiller à l'observance du traitement, un système de télésurveillance appelé

NOWAPITM

peut être ajouté à l’équipement médical (PPC) dès le premier jour du traitement.


NOWAPITM permet de suivre le bon fonctionnement du traitement au quotidien, permet d’analyser et de renforcer éventuellement l'observance du traitement en accompagnant le patient à travers un programme de suivi.

Le système envoie les données au professionnel d'Air Liquide Healthcare qui les synthétise et les transmet au médecin traitant.
Ainsi, le médecin peut proposer, avec l’aide du technicien, d’adapter le traitement en fonction de ces indicateurs afin de répondre au mieux aux besoins de Paul.
Nowapitm : Fabriqué par Air Liquide Medical Systems S.A. Conformément à la réglementation européenne, il s'agit d'un dispositif médical de classe IIa avec marquage CE. CE0459. 24 mars 2015.

Jour 32

Programme d’accompagnement

Air Liquide Healthcare organise des visites et des entretiens téléphoniques de motivation entre le patient, son personnel technique et infirmier dédiés. L’objectif est de s’assurer que le patient a compris l'importance du respect du traitement, en insistant sur le fait que cela ne peut qu'améliorer sa qualité de vie.

« Nous avons aidé Paul à se sentir soutenu lors de la phase cruciale de démarrage, et lorsqu'il a eu des difficultés à suivre son traitement. Le fait d'être en contact permanent avec le patient et le médecin aide à optimiser l'efficacité du traitement et à améliorer le bien-être de Paul. »

Jour 180

Le suivi du médecin

Via le suivi à distance, le médecin de Paul reçoit depuis le début toutes les données nécessaires pour suivre et ajuster le traitement. Il peut ainsi répondre aux besoins spécifiques de Paul.

Les résultats obtenus grâce aux solutions Air Liquide Healthcare sont les suivants :

  • une meilleure observance du traitement qui entraîne une diminution des risques cardiovasculaires et des autres problèmes de santé
  • une diminution de la somnolence et des accidents de la route, qui permet une meilleure gestion des coûts de santé

Grâce à ces solutions, toutes les parties prenantes sont finalement gagnantes.

Jour 365

Conclusion

Après un an de traitement, Paul se sent en meilleure santé. Il souffre beaucoup moins de somnolence.

« Ma qualité de vie s'est nettement améliorée »

Les équipes Air Liquide Healthcare suivront Paul tout au long de son traitement.

Rapport journalier

Nombre d'heures d'utilisation du traitement par PPC
Index d'apnée-hypopnée (IAH)
Confort et qualité de vie
Niveau d'observance du traitement
IAH : mesure utilisée pour indiquer la gravité de l'apnée du sommeil représentée par le nombre d'apnées et d'hypopnées par heure de sommeil. Hypopnée : diminution de l'amplitude respiratoire durant le sommeil.