Aller au contenu principal

Ice Memory

Conserver les archives du climat

Mis en œuvre par une équipe internationale de glaciologues déterminés à préserver la mémoire des glaciers menacés par le réchauffement climatique dans le monde entier, le programme Ice Memory a vu le jour en 2015. Son ob­jectif est de constituer en Antarctique un patrimoine de carottes de glace provenant de ces glaciers afin de permettre aux scientifiques des générations futures d’exploiter cette matière pre­mière inestimable.

Pour la sauvegarde du patrimoine glaciaire

Les glaciers emprisonnent en leur sein les éléments chimiques qui permettent de raconter les événements climatiques et environnementaux ayant marqué la planète. Or, leur fonte s’accélère sous l’effet du réchauffement climatique et l’eau de fonte s’infiltre dans les couches inférieures, faussant les données des glaciologues. « C’est maintenant qu’il faut agir, car la séquence d’information géochimique ­stockée dans la glace doit être pré­servée », souligne Jérôme Chappellaz, co-instiga­teur du projet Ice Memory avec Carlo Barbante, de l’université Ca’ Foscari de Venise.

12 nations étaient représentées par des scientifiques lors du premier colloque Ice Memory

Les opérations de forage Ice Memory ont débuté en 2016 en France, sur le glacier du col du Dôme, dans le massif du Mont-Blanc, et se sont poursuivies en 2017 en Bolivie, sur l’Illimani. Cette seconde opération – réalisée à plus de 6 300 mètres d’altitude – constituait un défi logistique et humain, puisqu’il a fallu porter à dos d’homme plus de 4,5 tonnes d’équipements et 3 tonnes de carottes de glace représentant 18 000 ans d’histoire !

« Les scientifiques, vérita­bles al­pinistes, ont dû travailler dans des conditions très difficiles et redoubler de précautions pour ne pas contaminer les carot­tes », commente Susanne Adolphi, marraine du projet chez Air Liquide.

L'objectif du projet Ice Memory est d’extraire des échantillons de glaciers dans le monde, précieux témoins des variations du climat, et de les conserver pour les générations futures.

Un projet international financé par des mécènes

Initiative à l’origine franco-­italienne, sous l’égide de la Fondation Université Grenoble-Alpes, Ice Memory bénéficie d’un rayonnement international. En mars 2017, un premier colloque Ice Memory, réunissant des scientifiques de 12 nations, s’est tenu à Paris, sous  le patronage de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), pour établir la feuille de route de ce vaste programme. Ice Memory est financé par des organismes scientifi­ques et du mécénat privé. Les dons de la Fondation Air Liquide contribuent essentiellement à l’acquisi­tion d’équipements et de conteneurs pour la cave de stockage en Antarctique.

« Le projet Ice Memory ne pourrait exister sans le mécénat, confie Anne-Catherine Ohlmann, Directrice de la Fondation Université Grenoble-Alpes et coordon­natrice du projet, car il ne satisfait pas les critères des dispositifs de financement de la recherche français ou européens. Ceux-ci exigent des résultats de recherche rapides, or Ice Memory ­s’inscrit dans un temps très long. »

En savoir plus sur le projet Ice Memory sur le site de la Fondation Air Liquide

Images sur cette page : © Sarah Del Ben - Wild Touch - Fondation UGA