Aller au contenu principal

Mondial 2018

L’hydrogène trace sa route

Le Mondial de l’automobile 2018 a fait la part belle aux nouvelles technologies et énergies alternatives : électrique, hybride, gaz naturel pour véhicules... Et naturellement l’hydrogène énergie s’est inscrit dans cette tendance. Toyota proposait au grand public de tester son modèle Mirai tandis que Hyundai présentait son nouveau véhicule 100 % hydrogène NEXO. Tour d’horizon.

Un Mondial en pleine (r)évolution

Pour David Puech, Directeur marketing & développement du Mondial, le constat est clair : « L’industrie automobile est en mouvement. Aujourd’hui, il est important de rassembler automobile et mobilité. Un événement comme ce salon doit être le reflet des mutations en cours. Sur les stands, il n’est plus question de seulement exposer des véhicules : les constructeurs proposent des expériences, engagent leurs clients et leurs communautés. On y exprime des valeurs. Mobilité durable, conduite autonome et plaisir à bord sont des tendances de fond. On peut y ajouter toute une offre liée à l’autopartage qui n’existait pas auparavant. »

Les nouvelles énergies et les nouveaux moyens de transports urbains ont désormais une place légitime dans cet événement. « Le Mondial souhaite démontrer qu’il existe une mixité de véhicules, d’usages et d’énergies. L’hydrogène s’inscrit dans cette optique, ce qui fait qu’Air Liquide a toute sa place parmi les acteurs de ce rendez-vous. »

Focus

La mobilité hydrogène à l’essai au coeur de Paris

Voici 120 ans, l’Automobile Club de France organisait son 1er salon dans le jardin des Tuileries. En 2018, la place de Concorde accueillait un centre d’essai de véhicules verts. L’occasion de tester l’offre électrique, hybride, GNV et hydrogène.

En savoir plus

« Ce lieu emblématique permet de montrer que l’industrie automobile est prête à relever les défis qui sont les siens, notamment une mobilité urbaine décarbonée. C’est l’occasion de démontrer au grand public que les solutions alternatives sont prêtes et que les essayer, c’est les adopter » précise David Puech, Directeur marketing & développement du Mondial.

Partenaires de l’événement, Air Liquide et Toyota proposaient à l’essai deux Mirai 100 % hydrogène. Une opportunité unique pour rappeler les avantages de cette technologie : un agrément de conduite inégalable, une autonomie de plus 500 km et un temps de recharge qui se limite à 5 minutes. A bord des véhicules, les visiteurs peuvent découvrir via une tablette le fonctionnement d’une station hydrogène Air Liquide. « Le silence du véhicule est vraiment bluffant et l’accélération surprenante. J’ai pu tester un véhicule électrique auparavant, mais l’autonomie annoncée d’un véhicule avec pile à combustible est très attrayante » indique Franck, visiteur d’un jour à l’issue de son essai.

Fermer

Toyota, l’envol de la Mirai

Lancée en 2014 et produite à 3 000 exemplaires par an, la Mirai se vend essentiellement au Japon, dans l’État de Californie et dans quelques pays européens. Sébastien Grellier, Directeur communication presse de Toyota France détaille : « Le modèle Prius a lancé le mouvement de fond des motorisations hybrides, on peut considérer que la Mirai fera de même pour les véhicules hydrogène. Nous croyons beaucoup en cette technologie et souhaitons qu’elle se développe à grande échelle.

Nous présenterons en 2020 au Japon la deuxième génération de Mirai avec des améliorations autour de la pile à combustible. A ce moment, les volumes de production devraient être multipliés par dix. Aujourd’hui nous travaillons en petites séries. Demain il y aura une industrialisation des réservoirs et des piles à combustible développés par Toyota, ce qui permettra de baisser les coûts de production. La phase de démocratisation sera alors enclenchée. En plus de la Mirai, d’autres modèles hydrogène verront le jour (des utilitaires et camions notamment).

Pour que l’hydrogène énergie se développe, l’approche doit être globale : il faut une offre en véhicules, des stations pour les recharger et, idéalement, des usages identifiés. Mais il n’y a pas qu’un modèle. En France se développent des écosystèmes très localisés (ou flottes captives), à l’instar des taxis hydrogène Hype qui rayonnent sur Paris et sa banlieue. En Allemagne, l’approche est différente, le réseau de stations étant déployé à l’échelle nationale avec l’appui des pouvoirs publics. »

Hyundai, génération NEXO

L’hydrogène chez Hyundai, c’est une histoire qui a démarré en 1998. Contrairement à son prédécesseur l’ix35 qui existait en version thermique, NEXO est un véhicule dont l’architecture a été pensée exclusivement pour une motorisation 100 % hydrogène. S’appuyant sur un ensemble de technologies inédites, ce modèle offre 666 km d’autonomie (norme d’homologation WLTP).

« De par son caractère exclusif, NEXO est l’occasion pour Hyundai de mettre les projecteurs sur l’hydrogène, car c’est une technologie au potentiel immense » note Damien Rulière, attaché de presse chez Hyundai. « L’enjeu actuel est de construire un marché, notamment avec d’autres constructeurs et des acteurs comme Air Liquide qui produit de l’hydrogène. Il faut d’abord convaincre, la notion de concurrence viendra dans quelques années. »

Les constructeurs automobiles engagés au sein du Conseil de l’hydrogène

Lancé en 2017 à Davos, le Conseil de l’hydrogène montre la volonté des principaux acteurs du secteur de prendre leur part dans la réalisation des engagements pris à la la COP 21. Directement opérationnel, il fait émerger l’hydrogène parmi les solutions clés pour la transition énergétique. Parmi la cinquantaine de partenaires actuels, on dénombre plusieurs groupes automobiles : Audi, BMW Group, Daimler, GM, Great Wall, Honda, Hyundai et Toyota.