Aller au contenu principal
Air Liquide
Air Liquide dans le monde
Choisir

Recherche & Développement

Ouvert

Électronique

Ouvert

Ingénierie & Construction

Ouvert

Grands projets

Ouvert

La mobilité hydrogène gagne le Moyen-Orient

Trois questions à Omar Al-Futtaim

En octobre 2017 à Dubaï (Émirats arabes unis), Al-Futtaim Motors a inauguré la première station hydrogène au Moyen-Orient, conçue en collaboration avec Air Liquide. Tester les véhicules alimentés en hydrogène dans un climat chaud est une étape décisive dans le dévelop­pement de la mobilité propre. Interview d’Omar Al-Futtaim, Directeur Général et Vice-Président du Groupe Al-Futtaim, au sujet de cette initiative prometteuse à forts enjeux stratégiques et environnementaux.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a poussé à lancer la première station hydro­gène au Moyen-Orient ?

Nous sommes le distri­buteur exclusif aux Émirats de Toyota, un des leaders sur le marché des voitures électriques à hydrogène. À ce titre, notre société peut jouer un rôle actif dans la lutte contre les problèmes environnemen­taux dans cette région réputée pour son parc automobile important et sa consom­mation élevée de carburants fossiles. Les craintes liées aux changements climatiques, à la qualité de l’air et à la dépen­dance vis-à-vis du pétrole sont au cœur des priorités du gouvernement des Émirats. Alors que la mobilité hydrogène continue à gagner du terrain, nous sommes également convain­cus que l’hydrogène est l’une des meilleures solutions pour réduire l’empreinte carbone. Les véhicules électriques à pile à combustible et hydrogène ont l’avantage de ne générer aucune émission de dioxyde de carbone, d’offrir une autonomie de plus de 500 km et de pouvoir être rechargés rapidement.

Notre société peut jouer un rôle actif dans la lutte contre les problèmes environnemen­taux dans la région

Pouvez-vous décrire le projet ?

Nous avons lancé ce projet pilote dans le cadre d’une initiative privée pour étudier la logistique, la faisabilité, l’évolutivité, et, à terme, démontrer le potentiel de l’utilisation de l’hydrogène pour une mobilité propre aux Émirats. Nous avions donc besoin d’une station hydrogène afin de tester la compatibilité des véhicules à hydrogène avec le climat chaud des Émirats. L’engagement que nous partageons avec Air Liquide et son expertise en ont fait le partenaire idéal pour ce projet. Des démonstrations de conduite et de recharge ont été organisées à l’attention des représentants du gouvernement et des sociétés du secteur privé afin de susciter l’intérêt pour cette technologie.

Quel objectif souhaitez-vous atteindre avec ce projet ?

Notre ambition est d’exploiter ce programme pilote conjoint, novateur, afin de démontrer la viabilité aux Émirats de la technologie hydrogène et de sensibiliser l’opinion publique aux solutions alternatives aux carburants fossiles. Nous avons la ferme conviction que l’hydrogène peut ouvrir la voie à un nouveau paradigme en faveur d’une société durable et bas carbone.

Une technologie adaptée aux températures élevées

Dans une région où les températures peuvent atteindre 50 °C, un refroidissement est nécessaire à chaque étape du processus de compression de l’hydrogène afin de compenser le dégagement de chaleur qui en résulte. En règle générale, il suffit d’installer un échangeur air-air. Toutefois, dans le cas présent, Air Liquide a repensé la conception du système avec deux échangeurs eau-air afin de limiter la hausse de température.

Nous avons la conviction que l’hydrogène peut ouvrir la voie à un nouveau paradigme en faveur d’une société durable

Article publié le 30 janvier 2018