Aller au contenu principal

Valorisation du biogaz
en biométhane

L’initiative Pot-au-Pin Énergie

Pour la première fois en France, l’ensemble de la chaîne de valeur du biométhane est représentée sur un même site. Découverte du site Pot-au-Pin Énergie à Cestas, près de Bordeaux.

L’incroyable potentiel de la biomasse

A Cestas, l’exploitant agricole Planète Végétal cultive et commercialise des carottes et des poireaux pour la grande distribution et les grossistes.  Afin d’enrichir les sols entre deux cultures principales de légumes, l’entreprise a décidé d’introduire des cultures intermédiaires à vocation énergétique (CIVE), notamment du seigle. Cette biomasse représente un potentiel considérable d’énergie renouvelable.

Planète Végétal et Air Liquide se sont associés pour créer Pot-au-Pin Énergie et valoriser cette biomasse afin de produire du biométhane.

Du seigle au biométhane

Le seigle est l’une des matières organiques d’origine agricole utilisée pour la production de biométhane. Il est récolté immature pour être stocké en silo sur l’unité de production de biométhane de Pot-au-Pin Énergie. Il peut être conservé ainsi pendant plusieurs mois. Cette matière alimente le méthaniseur tout au long de l’année.

C’est dans ce dernier que s’opère le processus de méthanisation. Des micro-organismes y dégradent la matière dans un environnement où l’oxygène est absent. A l’issue de ce processus, du digestat et du biogaz sont produits.

  • Le digestat est un résidu liquide qui est stocké dans des lagunes avant d’être utilisé comme fertilisant naturel dans les champs.
  • Le biogaz est quant à lui dirigé vers l’unité d’épuration opérée par Air Liquide dès la sortie du méthaniseur.

Purification du biogaz

Dans un premier temps le biogaz est prétraité afin d’en éliminer les impuretés. Puis, grâce à un procédé basé sur l’utilisation de membranes, 99,5 % du méthane contenu dans le biogaz est extrait sous forme de biométhane.

Les unités d’épuration conçues par Air Liquide permettent de traiter du biogaz à des débits de cent à plusieurs milliers de mètres cubes par heure. Ensuite, le biométhane est odorisé, sa composition contrôlée et son volume compté. Il peut alors être injecté dans le réseau de distribution de gaz naturel, exploité par GRDF, qui alimente la ville de Cestas.

Une alternative pour des transports plus propres

C’est ce même réseau qui alimente la station multi-énergies d’Air Liquide, située à 3 km du site de production. C’est elle qui distribue le biométhane (bio-GNV), alternative aux carburants fossiles, aux transporteurs.

Présent sous forme comprimée, le biométhane confère aux véhicules de transport routier de marchandises une autonomie qui peut s’élever à 800 km. Le biométhane réduit de 85 % les émissions de particules fines, de 90 % celles de dioxyde de carbone et le bruit jusqu’à 50 % par rapport au diesel.

Ouverte en permanence, la station multi-énergies répond d’ores et déjà aux besoins quotidiens d’une centaine de camions. Prochainement, elle fournira de l’azote liquide pour alimenter les camions frigorifiques disposant de la solution cryogénique d’Air Liquide blueeze™ pour leur production de froid. Associée au bio-GNV, la solution propre et silencieuse à l’azote liquide d’Air  Liquide blueeze™ constitue un réel atout pour les livraisons.

L’initiative Pot-au-Pin Énergie met en évidence que la chaîne de valeur du biométhane contribue au développement de l’économie circulaire grâce à l’association d’acteurs locaux qui oeuvrent ensemble pour la transition énergétique.

Le biométhane réduit de 85 % les émissions de particules fines