Aller au contenu principal

Procédés

Une évolution permanente

Air Liquide Welding maîtrise les principaux procédés de soudage et de coupage mis en œuvre dans les industries travaillant les matériaux métalliques. Si certains procédés sont historiques, nous les faisons évoluer afin qu’ils répondent en permanence aux impératifs de production de nos clients.

Les sept procédés en détail

Soudage et coupage à la flamme

Le soudage à la flamme est le plus ancien procédé de soudage et l’un des débouchés historiques de l’oxygène produit par Air Liquide.

Ce procédé est aujourd’hui utilisé par les plombiers, les chauffagistes, les frigoristes, les serruriers et les bricoleurs. Il s’agit le plus souvent de brasage ou de soudo-brasage. Quant au coupage oxy-flamme, il est notamment utilisé dans les industries de démolition d’ouvrages métalliques. Ce procédé fait appel à une flamme oxy-combustible et à de l'oxygène pur comme jet de coupage pour séparer le métal.

MMA (Manuel Metal Arc) ou soudage à l’électrode enrobée

Apprécié pour sa flexibilité, il s’agit de l’un des procédés de soudage les plus utilisés.

Sa mise en œuvre est très courante chez les bricoleurs,  artisans, serruriers, métalliers, ou encore sur les chantiers de pose de pipelines. Le soudage MMA consiste à créer un arc électrique qui dégage un fort pouvoir calorifique entre une électrode enrobée à âme métallique et une pièce à souder.

Soudage MIG (Metal Inert Gas) ou MAG (Metal Active Gas)

Ce procédé de soudage semi-automatique est largement répandu dans de nombreux secteurs industriels.

On le rencontre en construction navale, construction ferroviaire, construction d’engins de travaux publics…Ce procédé permet la fusion des métaux, grâce à l’énergie calorifique dégagée par un arc électrique produit entre la pièce à assembler et un fil fusible (fil massif ou fil fourré).

Soudage TIG (Tungsten Inert Gas)

Ce procédé est très souvent utilisé pour l’assemblage des aciers inoxydables et de l’aluminium (et ses alliages).

Il permet d’obtenir une très haute qualité de soudage dans des secteurs d’activité exigeants : appareils à pression, tuyauteries, récipients pour applications alimentaires, aéronautique… Le procédé repose sur un arc électrique obtenu entre la pièce à assembler et une électrode infusible, à base de tungstène placée dans la torche de soudage. Le métal d’apport sous forme de baguette est amené manuellement par le soudeur.

Soudage plasma

Les domaines de prédilection de ce procédé sont la tuyauterie et la chaudronnerie pour les industriels fabriquant des réservoirs pour l’agro-alimentaire, la chimie, l’industrie pharmaceutique ainsi que la fabrication de pièces pour l’aéronautique.

Le soudage plasma est une évolution du procédé TIG qui permet, par un dispositif de confinement de l’arc, d’obtenir des températures extrêmement élevées et un arc très concentré. Il est principalement utilisé en application automatique.

Arc submergé (SAW)

Souder à l’arc submergé est une méthode de soudage automatisé à haut rendement.

Son emploi est très courant dans les secteurs où des tôles d’épaisseurs importantes sont mises en œuvre ou lorsque de grandes longueurs de soudure sont requises. Ce procédé consiste à effectuer un joint de soudure sur des pièces d’acier à assembler, à l'aide d'un arc électrique submergé de flux en poudre.

Coupage plasma

Ce procédé fait appel à un arc électrique pour couper le métal.

Il est très largement utilisé avec tous les métaux, pour obtenir de bonnes propriétés de coupe et une productivité élevée. Dans certains cas, la qualité est comparable à celle obtenue par la découpe au laser, avec des coûts de revient nettement plus faibles.