S’unir pour construire des écosystèmes performants

Publié le 12 avril 2022

4 mins

En s’associant à Airbus, Air Liquide renforce un partenariat de longue date, riche en partage d’expertises, qui permettra à l’avionneur de faire voler le premier avion à hydrogène zéro émission d’ici 2035.

Glenn Llewellyn est Vice-Président de Zero-Emission Aircraft chez Airbus. Originaire d’Irlande, Glenn Llewellyn a commencé sa carrière en tant qu’ingénieur chez Airbus en 2004 en travaillant sur l’A350. Il a ensuite été à la tête du département Innovation et Recherche de l’entreprise, où il a mis un accent particulier sur la réduction de l’impact environnemental des appareils Airbus. Aujourd’hui, il est reconnu comme un expert en la matière dans le domaine de l’aviation.

Chez Airbus, nous considérons que l’aviation zéro émission est l’avenir, et généraliser l’usage de l’hydrogène est essentiel pour y parvenir.

Glenn Llewellyn

L’hydrogène gagne du terrain et son adoption devrait même s’accélérer dans les décennies à venir. Quel rôle va-t-il jouer dans l’aviation ?

Chez Airbus, nous considérons que l’aviation zéro émission est l’avenir, et généraliser l’usage de l’hydrogène est essentiel pour y parvenir. À mesure que les investissements augmentent dans les différents pays et secteurs d’activité, l’hydrogène devient une source d’énergie compétitive et durable. Notre concept d’avion ZEROe nous permet d’explorer diverses configurations et technologies liées à l’hydrogène, qui contribueront au développement de notre futur avion zéro émission. Notre objectif est de mettre cette solution en service d’ici 2035. Pour que cela devienne une réalité, il faut que le développement des infrastructures d’hydrogène dans les aéroports s’accélère.

Pourquoi avez-vous choisi Air Liquide comme partenaire pour le projet ZEROe ?

Seuls, il nous est impossible d’atteindre notre objectif d’une aviation durable. C’est pourquoi nous avons choisi de collaborer avec des partenaires aux expertises complémentaires. Nous avons une collaboration historique avec Air Liquide, dont la réputation en matière d’innovation et de mise en œuvre de solutions n’est plus à faire. Le Groupe dispose également de l’expertise et des technologies en matière d’hydrogène nécessaires pour aider Airbus à réaliser son projet ZEROe, au sol comme dans les airs. De plus, Air Liquide nous incite à nous surpasser de manière constructive, ce qui renforce notre capacité à proposer une solution durable sur le marché. Notre relation repose sur des objectifs communs partagés et nous sommes ensemble pleinement engagés pour construire un avenir plus durable pour l’aviation.

De quelle manière Air Liquide contribue-t-il directement à cette initiative ?

Les équipes d’Air Liquide partagent leur expertise et leurs technologies dans le domaine du stockage, de la production et de la distribution de l’hydrogène. Elles nous aident à concevoir les technologies embarquées nécessaires pour adapter l’hydrogène liquide aux besoins de l’aviation. Sur terre, Air Liquide joue également un rôle majeur dans le développement de hubs hydrogène au sein des aéroports, en travaillant avec des opérateurs clés, comme Groupe ADP et VINCI Airports, pour imaginer les infrastructures d’hydrogène dans les aéroports de demain.