Aller au contenu principal
Oxygen, nitrogen and hydrogen

HyBalance

Vers l’hydrogène décarboné

En septembre 2018, Air Liquide a inauguré à Hobro au Danemark HyBalance, un site pilote de production d'hydrogène décarboné. La spécificité de cette unité ? Elle utilise la technologie de l'électrolyse qui permet d'équilibrer le réseau électrique et de stocker le surplus d'électricité sous forme d'hydrogène, lequel est ensuite utilisé pour l'industrie et les transports. Découverte de ce projet initié en 2016 dans un pays précurseur en matière de transition énergétique.

Un site pilote de production d’hydrogène décarboné

Le principe d’HyBalance est d’acheter de l’électricité en surplus à un coût compétitif pour la convertir et la stocker sous forme d’hydrogène. Deux avantages ressortent : une énergie qui serait perdue est valorisée et la conversion en hydrogène se fait par électrolyse, principe ne générant aucune pollution.

D’une capacité de 1,2 MW, l’électrolyseur d’HyBalance permet de produire environ 500 kg d’hydrogène par jour sans émission de CO2. Ceci correspond à une capacité de rechargement de 1 000 véhicules hydrogène par an.

Un projet innovant au service de nos clients et de la mobilité hydrogène

Air Liquide a développé, construit et exploite l’unité de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau, ainsi que le centre de remplissage pour ses clients industriels livrés par camion. Cet hydrogène est également utilisé pour alimenter le réseau de cinq stations hydrogène installé et opéré par le Copenhagen Hydrogen Network (CHN), filiale 100 % Air Liquide au Danemark. Dans les années à venir, HyBalance doit servir les applications mobilité qui vont continuer de se développer au Danemark.

Une technologie qui ne génère aucune émission de CO2

Bref rappel du principe de l’électrolyse : il s’agit d’un procédé électrolytique qui décompose l'eau en dioxygène et dihydrogène gazeux avec l'aide d'un courant électrique. Sur le site HyBalance, l’électricité est convertie en hydrogène par un électrolyseur PEM (Proton Exchange Membrane). Aussi connu sous le nom de "power to hydrogen" ce procédé ne génère aucune pollution. Il est donc possible d’obtenir de l’hydrogène intégralement décarboné dès lors que l’électricité est elle-même issue d’énergies renouvelables (exemple : l’énergie éolienne). De fait, ce projet illustre l’engagement du Groupe en faveur de solutions technologiques contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique.

Stocker et valoriser le surplus d'énergie

Au Danemark, lorsque le vent souffle fort et que la consommation d’électricité est basse, l’électricité issue des éoliennes - qui représente 40 % de l’électricité produite au niveau national - peut être en surplus et occasionner un risque d'une surcharge du réseau. L'intérêt majeur de HyBalance est de pouvoir stocker une énergie qui serait perdue et d’assurer la stabilité du réseau en “absorbant” l’électricité en surplus.

Le Danemark, un pays précurseur en matière de transition énergétique

Outre le fait que le pays compte un nombre considérable d'éoliennes, le Danemark est précurseur dans l’intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique national puisque leur part a doublé ces 10 dernières années. Autre argument favorable : la présence de cavernes de sel près de la commune d’Hobro pouvant être utilisées pour le stockage de l'hydrogène à grande échelle. En phase avec les engagements d'Air Liquide, le gouvernement danois s'emploie par ailleurs activement à promouvoir le développement de véhicules à émissions nulles, y compris l'hydrogène. En palliant l’intermittence des énergies renouvelables, l’hydrogène s’inscrit comme une solution de stockage du surplus d’électricité pour répondre aux défis posés par la transition énergétique.

En savoir plus sur le site HyBalance