Aller au contenu principal

Urbanisation
et évolution des
modes de vie

Une tendance mondiale du XXIe siècle

L’urbanisation est un phénomène démographique qui correspond à une concentration de la population de la planète dans les zones urbaines. Elle se traduit par d’importants changements de l’environnement et des modes de vie.

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain et on estime qu’elle devrait atteindre plus de 70 % d’ici 20501. La rapidité de l’urbanisation laisse souvent peu de place à la gestion d’un plan d’urbanisme et à la maîtrise de l’environnement. Résultat, un habitant des villes sur trois habite dans des bidonvilles, soit au total un milliard de personnes sur terre1.

Urbanisation et santé

L’environnement urbain et le style de vie qui lui est associé s’accompagnent de facteurs de risques qui menacent la santé des individus.

La pollution de lʼair dans les villes a tué prématurément près de 3,7 millions de personnes dans le monde en 20123. Émises par les véhicules à moteur, l’activité industrielle ou lʼutilisation de combustible dans les foyers, les particules fines provoquent des maladies respiratoires, cardiovasculaires et des cancers.

2,8 millions de décès dans le monde liés au surpoids ou à l'obésité

La vie urbaine favorise la consommation dʼaliments peu diététiques. La composition des régimes humains a changé avec la mondialisation et l'urbanisation. Ainsi les produits alimentaires industriels prêts à consommer à haute teneur en sel, sucre et graisses ont remplacé les produits naturels non préparés. En conséquence, le surpoids, l’obésité et les problèmes de santé associés sont en hausse dans de nombreux pays.

Chaque année dans le monde, 2,8 millions de personnes au moins décèdent du fait de leur surpoids ou de leur obésité4.

Le cadre de vie urbain incite à la sédentarité. La surpopulation, la densité du trafic routier, lʼusage excessif des transports motorisés, la mauvaise qualité de lʼair et l’insuffisance dʼespaces publics rendent difficile la pratique d’activité physique en ville. Au niveau mondial, l’absence d’exercice physique ou la sédentarité est le 4e facteur de risque de mortalité5.

La surpopulation, la densité du trafic routier, lʼusage excessif des transports motorisés, la mauvaise qualité de lʼair et l’insuffisance dʼespaces publics rendent difficile la pratique d’activité physique en ville.

L’urbanisation, facteur d’augmentation des maladies chroniques3

Les effets de l’urbanisation (pollution de l’air, sédentarité et déséquilibre alimentaire) se conjuguent pour contribuer à l’expansion épidémique mondiale des maladies chroniques6 :

  • la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), l’asthme et les cardiopathies3 : le niveau de pollution atmosphérique impacte la santé cardiovasculaire et respiratoire de la population
  • les maladies cardiovasculaires, le diabète7 : l’inactivité physique et une alimentation très énergétique sont à l’origine de l’épidémie mondiale d’obésité, de la survenue des maladies cardiovasculaires et du taux toujours plus élevé de diabète de type 2 dans le monde
  • les cancers : le pouvoir cancérigène de la pollution de l’air aux particules fines est établi et associé à une incidence accrue du cancer du poumon. Mais la sédentarité et l’alimentation jouent aussi un rôle favorisant pour certains cancers (cancers de l’œsophage, du côlon et du rectum, du sein, de l’endomètre et des reins).

Prévenir les conséquences de l’urbanisation, un enjeu mondial

Afin d’améliorer la santé mondialement, les autorités et les institutions réfléchissent et proposent des programmes adaptés aux modes de vie locaux dont l’objectif est de :

  • développer l’activité physique
  • favoriser un régime alimentaire sain
  • inciter les populations à adopter des modes de transport et de chauffage qui préservent la qualité de l’air

Accompagner les sujets victimes des effets néfastes de l’urbanisation

Concerné par les conséquences d’une urbanisation rapide, Air Liquide Healthcare est présent à travers le monde auprès, entre autres, des citadins vulnérables.

Nos équipes accompagnent le patient tout au long de son parcours de soin, de l’hôpital à son domicile. Elles ont à cœur de contribuer à améliorer la qualité de vie en l’aidant à mieux connaître la maladie et en l’incitant à adapter son comportement en lien avec son environnement urbain et ses contraintes.

Références :

  1. OMS. Urbanisation et santé. Bulletin de l’OMS 2010 ;88 : 241-320. Disponible sur : www.who.int/bulletin/volumes/88/4/10-010410/fr, consulté le 03/12/2014.
  2. European Environment Agency. Changing disease burdens and risks of pandemics. In : Assessment of global megatrends – an update. Coppenhagen 2014.
  3. OMS. Centre des medias. Qualité de l’air ambiant (extérieur) et santé. Aide mémoire N°313. Mars 2014. Disponible sur : www.who.int/mediacentre/factsheets/fs313/fr, consulté le 5/12/2014.
  4. OMS. 10 faits sur l’obésité. Mai 2014. Disponible sur : www.who.int/features/factfiles/obesity/fr ; consulté le 5/12/2014.
  5. OMS. 10 faits sur l’exercice physique. Février 2014. Disponible sur : www.who.int/features/factfiles/physical_activity/fr ; consulté le 5/12/2014.
  6. World Economic Forumand Harvard School of Public Health. The global economic burden of non-communicable. Septembre 2011.
  7. OMS. Stratégie mondiale pour l'alimentation, l'exercice physique et la santé. Régime alimentaire, nutrition et prévention des maladies chroniques. Rapport d'une consultation OMS/FAO d'experts. Série de rapports techniques ; 916. Disponible sur : www.who.int/dietphysicalactivity/publications/trs916/summary/fr ; consulté le 5/12/2014.