Co-élaborer nos solutions avec nos clients

Exemple avec BASF

Publié le 12 avril 2022

5 mins

Air Liquide collabore étroitement avec son partenaire historique BASF sur le captage et le stockage du carbone (CCS), une technologie clé pour la décarbonation de l’industrie.

Jan Remeysen est Président-Directeur Général de BASF Anvers, le second plus grand site intégré de BASF, entreprise mondiale de chimie. Il a intégré le groupe après l’obtention de son doctorat en chimie, il y a 25 ans. Depuis, il a travaillé dans plusieurs départements de l’entreprise à Anvers, ainsi qu’au siège de l’organisation à Ludwigshafen, en Allemagne.

Grâce à ce partenariat, nous sommes en mesure de créer une structure assez importante pour concevoir toute une chaîne de valeur et attirer d’autres acteurs industriels.

Jan Remeysen

Vous travaillez actuellement avec Air Liquide sur Kairos@C, une solution de captage et de stockage de carbone (CCS) mise en oeuvre dans le port d’Anvers, en Belgique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous sommes sur le point de créer la plus grande chaîne de valeur de CCS transfrontalière du monde, incluant toutes les étapes du captage, du séchage, de la compression, de la liquéfaction et du stockage du carbone en mer. Dans le cadre de ce projet, Air Liquide utilisera sa technologie CryocapTM, et BASF sa solution de séchage Sorbead®, pour capter et purifier le CO2, qui sera ensuite acheminé par canalisations sur les rives belge et néerlandaise de l’Escaut vers un terminal de liquéfaction. Nous nous concentrons sur les émissions de CO2 difficiles à réduire, liées aux processus chimiques pour lesquels il n’existe actuellement aucun moyen de les éviter. Cette infrastructure, qui permettra d’éviter environ 14,2 millions de tonnes d’émissions de CO2au cours des dix premières années d’exploitation de Kairos@C, sera également disponible pour d’autres industriels de la région.

C’est une étape majeure vers l’industrie bas carbone.

Absolument ! Kairos@C est la première chaîne de valeur complète de ce type qui pourra séquestrer du CO2 à grande échelle. Une fois opérationnelle, cette solution servira d’exemple à d’autres régions. Si nous avions été seuls, ce projet aurait été impossible, mais, grâce à ce partenariat, nous sommes en mesure de créer une structure assez importante pour concevoir toute une chaîne de valeur et attirer d’autres acteurs industriels. Kairos@C fait d’ailleurs partie des sept projets sélectionnés, parmi 300, pour recevoir un financement du Fonds européen pour l’innovation, preuve de la maturité et du caractère innovant de nos technologies, ainsi que de la solidité de notre partenariat.

Comment Air Liquide et BASF collaborent-ils pour mener à bien ce projet ?

Air Liquide fournit la technologie de captage et de liquéfaction du CO2 essentielle au processus. De notre côté, nous partageons nos connaissances, notre expérience et nos contacts pour permettre à Air Liquide d’aller plus loin. Nous collaborons sur les plans opérationnel, technique et stratégique. Nous faisons régulièrement le point pour ajuster notre stratégie. Ce type de collaboration n’a rien de nouveau pour nous. Nos entreprises travaillent ensemble à Anvers depuis les années 1960. Chacun se concentre sur ses propres forces, ce qui contribue à renforcer la complémentarité des expertises et à entretenir dans la durée une relation mutuellement bénéfique.