Construire une société bas carbone

Publié le 12 avril 2022

11 mins

Face aux défis du changement climatique, une action forte et collective est nécessaire. Air Liquide s’engage non seulement à réduire les émissions de CO2 de ses propres activités, mais également à accompagner ses clients dans cette même démarche. En étroite collaboration avec nos partenaires industriels, nous travaillons sur des solutions propres qui intègrent des technologies autour de l’hydrogène, du captage et du stockage de carbone ou encore du biométhane. Notre ambition : agir en leader de la décarbonation de l’industrie.

-33% Air Liquide s'engage à réduire ses émissions de CO₂ en valeur absolue d'ici 2035

8 Mds€ seront investis dans la chaîne d'approvisionnement en hydrogène bas carbone d'ici 2035

Vouloir

Air Liquide est un leader de l’hydrogène, et nous nous sommes engagés à investir 8 milliards d’euros d’ici 2035 dans la chaîne d’approvisionnement de l’hydrogène bas carbone.

Matthieu Giard

Membre du Comité Exécutif d’Air Liquide, en charge des activités Hydrogène et Industriel Marchand

En quoi l’hydrogène est-il une solution pour décarboner l’industrie et la mobilité lourde ?

L’hydrogène joue un rôle clé dans la transition énergétique, en particulier pour décarboner l’industrie et le transport lourd, qui représentent respectivement 18 % et 25 % des émissions de CO21 dans le monde. Air Liquide, expert de cette molécule depuis 50 ans, a fait le pari il y a 20 ans déjà de son utilisation dans la mobilité propre. Depuis 2021, tout s’accélère : plus de 30 États ont placé l’hydrogène au cœur de leur stratégie énergétique avec 100 milliards d’euros2 mis sur la table pour accompagner son déploiement à très grande échelle. À l’horizon 2050, il pourrait représenter plus de 20 % de la demande mondiale finale d’énergie3 !

En tant que groupe pionnier de l’hydrogène, comment Air Liquide peut-il accélérer ce déploiement ?

Tout un écosystème hydrogène se développe ! Nous sommes convaincus que, face aux défis environnementaux, la bataille est collective. Dans cette phase d’accélération, nous nouons des partenariats stratégiques avec des acteurs de l’industrie et du transport, comme TotalEnergies, Siemens Energy, BASF, Airbus ou encore Faurecia4, pour créer les projets industriels et les infrastructures de production et de distribution de l’hydrogène. Pour aller plus vite, nous avons créé, avec des partenaires industriels et financiers, le plus grand fonds mondial – doté de 1,5 milliard d’euros – entièrement dédié au développement de ces infrastructures hydrogène. Face à l’urgence climatique, il est primordial d’associer technologies, savoir-faire et capacités industrielles et financières pour accélérer la production et l’utilisation d’hydrogène bas carbone.

Comment voyez-vous le développement de l’hydrogène dans 10 ans ?

La révolution hydrogène est en marche. Il faut aujourd’hui accélérer son déploiement en capitalisant sur les engagements pris par les acteurs publics et privés pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Nous allons investir 8 milliards d’euros dans la chaîne d’approvisionnement en hydrogène bas carbone. Nos investissements stratégiques dans des électrolyseurs de grande taille, tels que ceux déjà réalisés au Canada, en France ou en Allemagne, permettront de porter notre capacité totale d’électrolyse à 3 GW d’ici 2030 pour produire de l’hydrogène renouvelable. Nous sommes entrés dans la décennie de l’hydrogène et notre ambition est d’agir en leader du secteur.

Notre expertise et la maturité de notre portefeuille de solutions de captage et stockage du carbone nous donnent la légitimité nécessaire pour contribuer à la décarbonation de l’industrie.

Cristina Ballester

Directeur, en charge de l’activité Grande Industrie en Europe, Air Liquide

En quoi le processus de captage et stockage du carbone (CCS) est-il un levier clé pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ?

La société mise de plus en plus sur les énergies renouvelables pour faire face à l’urgence climatique. Or, pour soutenir cette transition, nous avons aussi besoin de solutions pour capter les grands volumes de CO2 qui sont émis par les industriels. Le CCS permet d’éviter les émissions à court terme, en particulier celles des secteurs dont les émissions sont difficiles à réduire, comme les industries du ciment, de l’acier ou de la chimie. C’est également une des seules solutions viables pour ces secteurs qui n’ont pas encore d’alternatives.

Comment Air Liquide répond-il à ce défi ?

Nous développons des technologies de stockage et de captage du carbone depuis 15 ans déjà. Notre solution Cryocap™ utilise la cryogénie pour capter le CO2. Elle s’avère plus efficace que les procédés utilisant des solvants puisqu’elle permet de récupérer jusqu’à 98 % du CO2. Cryocap™ fait partie d’une offre complète de technologies que nous continuons à développer et qui comprend le captage, la purification, la liquéfaction, le stockage et le transport du CO2 vers le site de séquestration. Dans certains cas, nous recyclons même le CO2 pour d’autres applications industrielles (carbonatation des boissons gazeuses, conservation, surgélation alimentaire…). La maturité de notre portefeuille de solutions et notre expertise nous donnent une légitimité dans ce domaine en plein essor, essentiel pour réduire l’empreinte carbone de l’industrie. De plus, nos clients savent qu’ils peuvent compter sur nous en matière de performance, fiabilité, sécurité et continuité d’approvisionnement.

Avez-vous des exemples concrets à nous citer ?

Nous avons plusieurs projets en Europe. Par exemple, dans le bassin industriel de Dunkerque (France), nous nous sommes associés à ArcelorMittal pour développer tout un écosystème destiné à séquestrer jusqu’à 3 millions de tonnes de CO2. En Normandie et en Zélande (Pays-Bas), nous travaillons à la mise en oeuvre de solutions de captage et stockage du carbone à grande échelle dans des unités de production d’hydrogène, en collaboration avec TotalEnergies. Avec BASF à Anvers (Belgique), nous prévoyons de développer la plus grande chaîne de valeur transfrontalière de CCS au monde. Le projet Kairos@C a reçu le soutien du Fonds européen d’innovation, confirmant ainsi l’efficacité de notre technologie dont de plus en plus d’industries ont besoin pour atteindre la neutralité carbone.

Réaliser

Inventer

Convaincu que l’hydrogène est incontournable pour accélérer la transition énergétique, Air Liquide s’associe avec des acteurs aux expertises complémentaires et de secteurs différents pour développer tout le potentiel de l’hydrogène, de la production aux modes de distribution de demain. À la clé, la réduction des émissions de CO2 de l’industrie et le développement du transport propre.

Industrie décarbonée

L’Europe franchit un pas majeur en matière de décarbonation de l’industrie et de la mobilité. Air Liquide et Siemens Energy se sont associés pour créer un écosystème européen des technologies de production d’hydrogène par électrolyse et ainsi favoriser l’émergence d’une économie hydrogène durable en Europe. Parmi les grands projets soutenus par les autorités françaises et allemandes, la construction d’une unité de production d’hydrogène renouvelable d’une capacité de 30 MW à Oberhausen, en Allemagne. Cette unité de taille industrielle sera la première du genre à être reliée au réseau existant de canalisations d’Air Liquide.
 

Aviation du futur

Et si l’avion du futur volait à l’hydrogène ? C’est l’ambition qu’affiche Airbus pour 2035. Pour préparer son arrivée, Air Liquide invente dès aujourd’hui, en collaboration avec le constructeur aéronautique et Groupe ADP6, les infrastructures de production et d’approvisionnement en hydrogène liquide des futurs aéroports parisiens. Sur l’aéroport pilote de Lyon-Saint Exupéry, c’est avec VINCI Airports qu’Air Liquide et Airbus collaborent pour développer à horizon 2023 les premières installations hydrogène. Sur les pistes, les bus, les camions et les engins de manutention rouleront à l’hydrogène grâce à une station de distribution ; les poids lourds circulant aux abords de l’aéroport pourront également s’y approvisionner, créant ainsi un hub hydrogène local.

Mobilité durable

Particulièrement adapté à l’utilisation intensive par les poids lourds, l’hydrogène offre un maximum d’autonomie et permet d’effectuer un plein rapide. C’est avec cet objectif qu’Air Liquide développe avec Faurecia7 un système de réservoir d’hydrogène liquide qui va doubler la capacité de stockage de l’hydrogène embarqué par rapport à sa forme gazeuse. Le Groupe associe son expertise à celle du spécialiste des systèmes pour véhicules, afin de concevoir et produire conjointement des réservoirs d’hydrogène qui offriront aux camions deux fois plus d’autonomie pour une charge utile équivalente.
 

1. Agence internationale de l’énergie, 2020.
2. Rapports de l’Hydrogen Council (Conseil de l’hydrogène), novembre 2021.
3. Idem.
4. Aujourd’hui Forvia.
5. Membrane échangeuse de protons.
6. Aéroports de Paris, a global leader in airport design, construction and operation
7. Aujourd’hui Forvia.